Plan d'accès au musée des maisons comtoises
Attestation d'excellence TripAdvisor
Retrouvez le musée sur Facebook
Retrouvez le musée sur Instagram
Retrouvez le musée sur YouTube
Musée de France agréé par l’État
Musée labellisé Tourisme et Handicaps
Musée labellisé Qualité Tourisme
Traits ondulants

Rechercher

Musée des Maisons comtoises

Collections secrètes

Activités hivernales

En cette période de confinement, le Musée des Maisons comtoises vous fait découvrir les activités pratiquées autrefois par les Franc-comtois du Haut-Doubs et du Haut-Jura durant les longs mois d’hiver. Imaginez : quatre à cinq mois confinés dans la ferme ! Et pas de téléphone ou de réseaux sociaux pour communiquer avec l’extérieur.

Le lapidaire

Pendant l'hiver, les fermes isolées du Haut-Jura s'occupaient à un travail délicat, celui de la taille de la pierre de couleur fines et semi-précieuses, fausses et de synthèse (les spinelles). L'origine du développement du travail du lapidaire est liée aux besoins de l'horlogerie genevoise en plein essor au XVIIIe siècle.

Table de travail du lapidaire
Établi du lapidaire

L'établi, petite table de travail en sapin, est composée de deux postes de travail face à face : celui destiné au taillage des facettes (meule de plomb) et celui réservé au polissage avec une meule en étain ou en cuivre.

Le banc d’âne

Dans le Haut-Doubs, durant les longs mois d’hiver, on travaille le bois. Le banc d'âne ou chevalet à planer est utilisé par le tavaillonneur, le menuisier, le boisselier, le tonnelier, le charron mais aussi à la ferme pour réparer les manches d'outils, écorcer le bois, travailler à la plane durant l’hiver. L'artisan est assis à califourchon, calé sur les repose-pieds et travaille la pièce de bois manuellement devant la fenêtre de la cuisine ou de la grange.

Le braque

Cet outil est utilisé lors du teillage des fibres textiles en hiver. Cette opération consiste à séparer la fibre de la tige suite au rouissage (macération) de la plante textile. Pour décortiquer le chanvre ou le lin le braque ou « braquieu » est composé de lames de bois parallèles appelées mâchoires qui brisent les tiges. La fibre obtenue est soigneusement peignée en vue d’être filée puis tissée. Les morceaux de tige restant servent à allumer le feu ; les plus petits font office de litière pour les animaux.

Braque à chanvre
Braque pour le teillage des fibres textiles

Conservation des aliments

Conservation des légumes

Chaque famille fabrique sa propre choucroute avec des choux, des raves ou des navets a près récolte au début de l’hiver. Il faut d'abord découper les légumes en fines lamelles. Pour cela, trois outils différents :

La râpe

On tient le chou d'une main et on le râpe sur une simple planche de bois munie d'une ou plusieurs lames.

Râpe à choux
Râpe à choux
Le couteau

La rave est maintenue dans un cadre. On fait glisser le cadre sur une planche munie de lames.

Couteau à choux
Couteau à choux
Le hachoir

Le hachoir est plus sophistiqué, c'est comme une boîte avec des lames au fond. On pique le légume dedans, on positionne le couvercle et avec une manivelle, on fait tourner le légume qui se débite en lamelles.

Hachoir à choux
Hachoir à choux

Ensuite, on empile la julienne en couches successives dans de grandes et hautes jarres en terre ou en bois. Des baies de genièvre, du gros sel, et il ne reste plus qu'à fermer la choucroutière (appelée aussi tonne à choux) avec un torchon, une grosse pierre qui sert de presse et un couvercle en bois.

Choucroutière
Choucroutière

Activités récréatives

Le cinématographe

Avec la lanterne magique, pas besoin d'aller au cinéma ! Utilisé pour instruire mais aussi pour divertir, cet appareil est l'ancêtre des visionneuses de diapositives ou de films. Inventée au XVIIe siècle, la lanterne magique permet de projeter des images peintes sur des plaques de verre ou sur des pellicules à travers un objectif, via la lumière d'une chandelle ou d'une lampe à huile.

Cinématographe
Cinématographe
Films pour cinématographe
Films pour cinématographe

Médecine

Boites de médicaments

Avant l’apparition des premiers vaccins mis au point par Louis Pasteur, on se contente de préparations à base d’éléments naturels (végétaux, animaux, minéraux) plus ou moins fantaisistes et efficaces pour lutter contre les maladies. Au XIXesiècle on redoute notamment les fameuses "fluxions de poitrine" nom désuet de la pneumonie et la pleurésie.

Boîte anciens médicaments toux

Vers 1830, pour guérir les fièvres saisonnières, certains médecins prescrivent de la quinine, substance extraite d’un arbuste d’Amérique du Sud, et viennent en concurrence avec une préparation traditionnelle composée de 5 araignées écrasées dans un petit pot d’urine !

Boîte ancien médicament Asthmasedine

Il faudra attendre la toute fin du XIXe siècle pour voir apparaître les premiers médicaments de synthèse, comme l’acide acétylsalicylique, plus connu sous le nom d’aspirine, dont le brevet est déposé en 1899 par les laboratoires Bayer.

Ancienne boîte de comprimés

Pastilles Pulmoll

Une petite toux? Prenez une pastille Pulmoll. Créées en France en 1946 les inimitables pastilles Pulmoll, encore commercialisées aujourd'hui, sont reconnaissables à leur goût de réglisse, miel et menthe.

Ancienne boîte de Pastilles Pulmoll